Actualités

salamolard vignetteVeysonnaz-Chroniques trouve intéressant d'évoquer les histoires de quelques «Veysonnards», qui ont dû, principalement pour des raisons économiques, quitter leur village et s'en aller en Argentine ou en France. Nous en avons trouvé dans les familles Praz et Salamolard. Nous les appelons «Les Migrants de Veysonnaz».

A notre connaissance, le premier à s'en aller est un certain Antoine Praz, l'oncle de Samuel Praz, parti en Argentine en 1889. Un autre Praz, Lucien, frère de Samuel, né en 1889 est parti à Fillinges près d'Annemasse.

Puis dans les années 1920, c'est toute une fratrie, les quatre frères: Lucien, Henri, Emile et Louis, fils de Jean Salamolard et Marie Délèze, qui ont choisi de partir en France. Leur sœur Mélanie, est restée au village, la maman étant encore vivante.

Suivez le lien, pour connaître les péripéties de leur aventure et écoutez le témoignage de Roger Salamolard, fils d'Emile, né en France en 1930.

Jeunesse avenirVeysonnaz : une commune qui s'engage de façon exemplaire pour sa jeunesse

La commune de Veysonnaz a obtenu le label du SAB « Commune de montagne – La jeunesse, notre avenir » en août 2017. Veysonnaz s'est particulièrement investie en faveur de sa jeunesse et représentait un cas exemplaire en la matière, notamment pour la diversité des mesures entreprises. Cet engagement a d'ailleurs valu de figurer dans la récente brochure du SAB : « Modèle à succès dans les régions de montagne et l'espace rural ». (Compte rendu proposé par J. Ramondt-Fragnière et JF Rumak).

logoQui n'a pas connu ou du moins entendu parler de « Place aux mômes », cette nouvelle fête – spectacles – concerts qui s'est déroulée depuis 2 ans déjà à travers les rues du village de Veysonnaz. A l'origine de cette « belle idée », Mme Catherine Borer qui habitait Genève, mais qui se considère en même temps comme étant « mariée » avec ce coin de pays.

Elle monte à Veysonnaz depuis 1971 et dernièrement elle a déposé ses papiers à la commune. Nous vous proposons un document sur cette personne et sur son idée de développer au village une journée à l'intention des enfants et de leurs parents. Découvrez le en suivant ce lien.

 

verrey NB


Hameau de Heis (Heys ou Eis)

Nous trouvons dans l'Histoire paroissiale de Veysonnaz, Clèbes et Verrey, par Jean-Philippe Glassey, bon nombre d'éléments relatifs à la dénomination du hameau de Verrey. D'anciennes mentions faisaient état de Vernetum en 1214, de Verheys en 1544, de Vercheys en 1588 et finalement de Verrey en 1772. Certains auteurs affirment même que Heys (Eys ou Heiss) serait l'ancien nom de Verrey, ce que d'aucun conteste en se basant sur son étymologie et sur le fait que les deux noms sont distingués dans plusieurs documents.

Nous amenons pour notre part, dans un nouvel article, un peu d'eau au moulin de l'Histoire. Notre document est tiré du livre Nendaz d'autrefois, de l'abbé Joseph Fournier. Il offre des arguments non dénués d'intérêt et conclu que Verrey et Heis désignaient bien le même hameau, situé en amont de Clèbes.

Découvrez notre article